VIDÉOS

EN TOURNÉE

PRESSE

EN COUVERTURE du numéro d’été 2018 du magazine HEXAGONE (avec Daphné)

« Singapour, paru en 2008, avait marqué les esprits, inscrivant l’univers des frères Bobin dans une folksong qui honore les laissés-pour-compte. Les Larmes d’Or, quant à lui, propose un cheminement philosophique où la quête de la Beauté s’accommode d’une certaine gravité. »

PORTRAIT (3 pages) dans le numéro juin/juil 2018 du magazine FRANCOFANS

« Bobin est aujourd’hui l’incontestable chef de file de la scène chanson dans la région Auvergne Rhône-Alpes.»

ALBUM

« LES LARMES D’OR » (2018)

12 nouvelles chansons (dont un duo avec KENT)

ECOUTER > ici

COMMANDER L’ALBUM

> Classé parmi les 8 indispensables de la rédaction de FRANCOFANS

> Classé pendant 4 mois dans le TOP RADIO QUOTA 2018

> En tête du palmarès des albums de l’année 2018, selon NOS ENCHANTEURS 

« Magnifique. » HEXAGONE

« Une épure classieuse, élégante. Douze nouvelles pièces magistrales. Bravo. »
NOS ENCHANTEURS

« Un nouvel enchantement tout en pudeur et en retenue. Une douce mélancolie évoquant par moment l’univers de Souchon. » COMMISSION D’ECOUTE DES DISCOTHEQUES DE LA VILLE DE PARIS

« Son dernier album Les Larmes d’Or est son meilleur cru. Douze pépites, douze trésors à s’offrir. » LE JOURNAL DE SAONE-ET-LOIRE

« Un album d’une qualité exceptionnelle, classe, sobre, épuré. Avec des influences à la Dylan, et même parfois à la Ennio Morricone. » LE BLOG DU DOIGT DANS L’OEIL

« Un travail musical bourré de finesse, qui colle à merveille à des textes souvent d’une grande profondeur. » MUSIC IN BELGIUM

« Il n’assène pas, mais suggère. Tant qu’il y aura certains chanteurs, la vie méritera d’être rêvée… » CHANTS SONGS

« Entre chanson française et influences anglo-saxonnes, le chanteur lyonnais marche sur un fil mélodique et gracieux. (…) On pense à Yves Simon, Alain Souchon ou Kent, son ami lyonnais avec lequel il a enregistré un duo sur son nouvel album » LE PROGRES 

« Cette galette est un hymne. Hymne à la tendresse, à la mélancolie, une poésie solaire entre deux cumulus que l’artiste colporte jusqu’à filer le frisson.«  PLOUC MAGAZINE (Christian Décamps – chanteur du groupe Ange)